CFDRM >Livres de la bibliothèque du CFDRM Livres de la bibliothèque > Dictionnaire des termes grecs ; création : jeudi 18 octobre 2012 - modifié le mardi 26 février 2019, 9:51

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Le dictionnaire internes de GREC du CFDRM

L'objectif de ce dictionnaire de GREC du CFDRM est juste de rassembler sur une même page toutes les entrées en langue grecque mentionnées sur le site. C'est sans aucune prétention intellectuelle, tout juste est-ce fondé à répondre à-minima à notre curiosité.
Les symboles : Ce petit drapeau Terme en lien direct avec le massage. permet de repérer visuellement les mots en lien direct avec le massage, la flèche bleu Information ouverte dans une nouvelle page indique la même proximité mais s'ouvrant vers un autre site, le gris est une information générale, le carré fléché s'ouvre sur un ouvrage en ligne et cet icône Image renvoie vers une photo.

Dico internes

Les dictionnaires internes Noms propres

Les dictionnaires internes Noms communs

Les dictionnaires internes Dico de Latin

Les dictionnaires internes Dico de Grec

Les dictionnaires internes Botanique

Les dictionnaires internes Dico d'anatomie

Les dictionnaires internes Dico des pathologies

Les dictionnaires internes Dico des hiéroglyphes

Les dictionnaires internes Dico - bestiaire et autre volucraire en massage

Les dictionnaires internes Dico des Masseurs

Centre de recherche sur les massages

 

 

Lettre A

Aisthêsis, Information ouverte dans une nouvelle page mot grec pour la perception plus que pour la sensation et sans non plus correspondre aux sens en tant composé du sensible ou en tout cas pas à l'époque hippocratique. hepta schêmata
Dans La peau a-t-elle un sens ? L’examen du corps chez les auteurs hippocratiques, par Valeria Gavrylenko, Mètis, N. S. 16, 2018, p. 293-312. Académie Mohyla de Kiev, EPHE p. 305 "Ainsi, la peau des Hippocratiques est douée de l’aisthêsis, mais il s’agit de la perception qui ne coïncide pas avec l’expérience subjective de la sensation."
sens 1 : Faculté de percevoir les sens, sensation.
sens 2 :
(Par extension) Action de percevoir l’intelligence, action de s’apercevoir.
sens 3 : Organe des sens. L’un des cinq sens.

B

Lettre B

Balaneion, p. 13 TDM Fiche technique

C 

Lettre C

Terme en lien direct avec le massage. Chrisma, Information ouverte dans une nouvelle page grec ancien signifiant (« onguent »). "Toute chose qui sert à enduire, onguent, onction, généralement préparée par les Hébreux à partir d'huile et d'herbes aromatiques. L'onction était la cérémonie inaugurale pour les sacrificateurs. Information ouverte dans une nouvelle page" voir onction divine et Huiles & sphères religieuses.

Christos, vient de Christ = "oint".

Chros, surface du corps, de la peau (derma, chrôs, rhinos)

D

Lettre D

 

E

Lettre E

Eidos, Information ouverte dans une nouvelle page Forme du corps, air d'une personne ou d'une chose. Dans La peau a-t-elle un sens ? L’examen du corps chez les auteurs hippocratiques, par Valeria Gavrylenko, Mètis, N. S. 16, 2018, p. 293-312. Académie Mohyla de Kiev, EPHE "Parce que l’intérieur du corps a été fermé à l’investigation anatomique jusqu’à la brève intervention des médecins alexandrins Hérophile et Érasistrate 2, les Hippocratiques, à leur époque, ne disposent que d’espaces imaginés de l’intérieur du corps et, par conséquent, ne peuvent juger de celui-ci que par son apparence et son aspect (eidos), c’est-à-dire par la surface qui s’offre aux sensations : sensations de la vue et du toucher au premier chef, certes, mais aussi du goût, de l’ouïe et de l’olfaction."

Egkrateia, lêthos ou maîtrise de soi comme nous le lisons dans le traité Du médecin d'Hippocrate "egkrateia, maîtrise de soi, que le médecin doit exercer vis-à-vis des femmes et des jeunes filles. Médecin 1 (éd. É. Littré)" La peau a-t-elle un sens ? L’examen du corps chez les auteurs hippocratiques, par Valeria Gavrylenko, Mètis, N. S. 16, 2018, p. 293-312. Académie Mohyla de Kiev, EPHE p. 306.

Elaion, désigne l’huile extraite des olives.

E, l’intérieur, par exemple du corps. Antonymie (exô).

Elaeothésium, l'élaeothésium, l'aliptérion, ou l'unctuarium, eleothése, unctoire, unctuaire, destiné aux oignements qui précédaient, ou qui suivaient l'usage des bains. C'était une sorte de Cella dans les bains où étaient gardés les huiles et les parfums, et où le baigneur se retirait pour se faire oindre et frotter. Voir Lieux dédiés aux massages.

Êthos, Information ouverte dans une nouvelle page ou éthos caractère habituel, la manière d'être, les habitudes d'une personne qui donnera le mot éthique. La joie, le courage, la mollesse sont par exemple des êthê. Les êthê sont souvent considérés du point de vue moral.

E, l’extérieur. Antonymie (esô).

F 

Lettre  F

 

G

Lettre G crasse que constituaient "(transpiration (sueur), sébum, desquamation Information wikipedia ouverte dans une nouvelle page et poussière) pouvant accessoirement servir d'huile de massage.

Gastêr, ventre en grec. Rabelais le cite, La Fontaine aussi comme nous le rappelle Nicolas Andry, dans son L'orthopédie, de 1741, 1ère édition TDM Fiche techniquet. 1er.

Gloios, ou strigmentum en latin, mélange de crasse corporelle (transpiration (sueur), sébum, desquamation Information wikipedia ouverte dans une nouvelle page et poussière) avec l'huile que l'on récolté directement au strigile des athlètes romains pour divers utilisations médicales dont certaines étaient utilisées par friction, et donc, par massage. Nous retrouvons cette mention chez Jeanne et Louis Robert (Bulletin épigraphique, 1978, p. 434-435) Information ouverte dans une nouvelle page, attestant la vente de ces râclures d’huile, en particulier dans un but médical. Jean-Pierre Brun, Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire Techniques et économies de la Méditerranée antique, France Culture 07/02/2018, Technique et économie de l'huile d'olive dans la Méditerranée antique (podcast téléchargés 9/10). Quelle utilisation de l’huile d’olive (00:47:57) en parle également : "Les râclures d'huiles, de sueur et de poussière que les athelètes enlevaient de leur corps après s'être exercés à la palestre, étaient réputées pour avoir des vertus médicinales. En grec on l'appelait gloios selon la loi [gymnasiarchique] de Béroia Information ouverte dans une nouvelle page, le gardien du gymnase, un esclave entretenait les lieux et recevait en échange le gloios. Ces râclures d'huiles étaient revendues avec profit par les directeurs du gymnase. Voir Pline Livre 15 par. 19. Le gloios était vendu aux pauvres pour s'en enduire ou bien on en faisait des remèdes utilisés en gynécologie et en rhumatologie. Nous en avons une référence chez Pline Livre 28, par. 50." Donc clairement ici nous disposons d'un espace historique clairement identifié où l'enduiment du corps procède de l'huile des autres, directement prélevée sur la peau des athlètes en sueur pour finir en massage. Les raisons avancées sont économiques mais il ne serait pas impensable que cela puisse "aussi" revêtir un caractère symbolique permettant au sportif désargenté de s'affubler de la puissance de ceux qui avait assez d'argent et de prestige pour s'en offrir une fraîche. Claude Lévi-Strauss Information ouverte dans une nouvelle page disait que le cannibalisme n'était pas une homophagie mais l'ingestion de certaines parties du corps de la victime que l'on venait de vaincre pour s'emparer de sa force vitale, et bien, dans ce cas présent, il ne serait pas impossible que ce huilage de seconde mains, voir de seconde peau soit la version inconsciente d'un réflexe anthropologique primaire du même type. Après tout, les contemporains de cette époque ne prêtaient-ils pas, à ce mélange corporel, de pouvoirs suffisamment convaincants pour qu'ils en fasse un médicament ? Est-il négligeable que l'on ai pris à la force brute raclée à-même la peau de jeunes sportifs qui laissaient dans leur sueur la quintessence visible de leur énergie sexuelle pour que l'on ai souhaité l'intégrer à la gynécologie ? Le sport est l'expression de l'habilité et de la force dont on vient ici exploiter l'exhaure pour soigner les articulations défaillantes ? Ainsi donc, en plus des productions biologiques de surface énoncées se trouvent aussi celles inconscientes des hormones sexuelles, de l'esprit de force, de nature et de propagation.
Voir
GLOIOS, huile et crasse d'athlètes au service d'un massage entre gymnasiarchie et Égypte ancienne 06/10/19 A. C.-M.

Gnômê, toucher. aisthêsis/gnôsis "C'est en examinant, à l’aide de sa propre gnômê"

H

Lettre H

Hê tês gnômês psausis, (le toucher mental)

Hexa, Du grec ancien èxas (« six ») comme Hexacontabiblos d'Hippocrate dans lequel le massage est abordé.

I

Lettre I

 

J

Lettre J

 

 

K

Lettre K

 

 

L

Lettre L

Biblos ou Byblos est un mot du grec ancien signifiant « papyrus », il s’expliquerait par une sorte de métonymie : Les Grecs nommait ainsi la ville qui leur exportait le papyrus. Biblos est un diminutif de Biblion : « feuille de papyrus », devenu en français « Bible ». Exemple : l'Hexacontabiblos d'Hippocrate dans lequel le massage est abordé. Liber, en latin.

 

M

Lettre M

Massein, selon Serguei Sakhno, auteur du Dictionnaire russe-français d'étymologie comparée Ed. L'Harmattan 2009 TDM Fiche techniquep. 161, il ne signifierait pas masser mais pétrir et le mot massage n'en descendrait pas. La proximité que le verbe grec "massein" entretient avec le massage est bien sûr aisée à saisir, mais cette racine ne constituent pas celle qui a permis à la formation du mot massage "...il est en relation avec le mot français masse, lui-même issu du grec maza qui signifie "grosse crêpe d'orge mêlée d'huile et d'eau", il n'a aucun lien avec le verbe masser.". Voir aussi Magma et macérer.

N

Lettre N

 

O

Lettre O

 

P

Lettre  P

Parrêsia, Information ouverte dans une nouvelle page (« parler de tout »), (Grèce antique) Liberté de parole.

Q

Lettre Q

 

 

R

Lettre R

Ruô, verbe grec duquel découle rû, ruisseau, rhume, rhumatisme, ruine, Rhin, Rhône...

S

Lettre S

 

 T

Lettre T

 

U

Lettre U

 

 V

Lettre V

 

W

Lettre W

 

X

Lettre X

 

Y

Lettre Y

 

Z

Lettre Z

 

 

 

 http://www.cfdrm.fr