CFDRM > Dossiers > CV Alain cabello > Département d'égyptologie du CFDRM > La tablette MMA 55.144.1, exemple de massage dans un contexte funéraire
Page créée le : dimanche 7 février 2021, terminée le : _, modifiée le : mardi 9 février 2021, 15:03
Mots clefs : Histoire du massage en Égypte ; le massage en Égypte ; prêtre-médecin ; massage ; masseur ; pédicure ; manucure ; réflexologie ;
CFDRM de Paris ; Département d'égyptologie du CFDRM ; François René Herbin ; Richard-Alain Jean ; Thierry Benderitter ; Alain Cabello-Mosnier ; Égypte ;
Dossier associé :
Article précédant :

 

 

La tablette MMA 55.144.1,

exemple de massage dans un contexte funéraire

à l'onguent de pierre divine

En cours de rédaction, ne pas lire.

 

Fig. 1 Photo dans le domaine public du recto de la tablette MMA 55.144.1.

Par Alain Cabello-Mosnier.
P/O le
CFDRM
Libre de droits non commerciaux.

 

Rédigé à Paris le : jeudi 28 janvier 2021

 

 

Présentation

Une nouvelle fois je vous propose dans le cadre d'un travail bien plus général une page d'étude qui ne saurait être définitive sur la présence du massage dans la tablette hiéroglyphique (MMA 55.144.1) Information ouverte dans une nouvelle page.

Il s'agit d'un matériel funéraire issu de la tombe de Horpaa, prêtre à Hermopolis et fils de Djehutyhor.

Je le répète, cette démarche n'a pas de ni scientifique, ni égyptologique et n'a de valeur que pour la systhématique qu'elle constitue visant à lister consciencieusement ce qui peut l'être en terme de masso-contenu restituable.

Dans le cas présent c'est le principe d'application d'un onguent qui m'a interpellé puisqu'il n'est guère possible de s'attendre à avoir à travers toutes l'Égypte ancienne le descriptif exhaustif d'un massage clairement constitué (il en manque toujours un morceau), donc nous en sommes réduit à continuellement re-suivre le fil des noms masso-compatibles en provenance de divers supports égyptologiques identifiables. Dans cet exemple ci, je suis parti de la mention d'un onguent qui m'a d'autant plus intéressé qu'il se présentait dans un contexte mythologico-funéraire lui-même objet de pratiques divines se livrant à la fois à des manipulations techniques, des utilisations d'enduits, des applications graisseuses susceptibles de dégager un massage, soit-il peu conventionnel.

 

La source

François René Herbin est égyptologue, auteur d'une thèse en 1991 qui portait sur Le livre de vivre tout au long de l'éternité - transcription, traduction et commentaire du pap. Leyde t 32 et des versions parallèles Information ouverte dans une nouvelle page, puis il sera chargé de recherche au CNRS en 2002.
Pour ce présent article je m'appuie sur La tablette hiéroglyphique MMA 55.144 Information ouverte dans une nouvelle page en 2012 dont la disponibilité en ligne aura facilité cette initiative donc qu'il en soit chaleureusement remercié.
Bien-sûr je fais toujours appelle à Richard-Alain Jean pour vérifier certaines de mes allégations et m'assurer de leur pertinence.

François René Herbin présentait son ouvrage comme suit :

"Étude de la tablette en calcite MMA 55.144.1, portant sur chacune de ses faces neuf lignes d’un texte religieux écrit en caractères hiéroglyphiques. Elle est au nom d’un certain Hor-p(a)-âa fils de Djehouty-her, qui occupait comme son père d’éminentes fonctions dans le clergé de Thot à Hermopolis, probablement à l’époque ptolémaïque. L’un comme l’autre sont inconnus par ailleurs dans la documentation locale. L’originalité de l’inscription, qui intègre quelques extraits du Livre de parcourir l’éternité, réside dans la manière dont est traitée la relation entre le défunt et Osiris, en associant étroitement le titulaire de la tablette aux rites de renaissance du dieu au mois de Khoiak."

C'est donc à partir de cette publication que je peux à mon tour avancer ma modeste pièce sur l'échiquier archimorphe de cette histoire passée faite de rois, de dames, de fous. Évidemment, François René Herbin ne pouvait pas y voir l'objet de toutes mes obsessions mais après tout, qui s'intéresse au massage à ce niveau ? Et pourtant, nous y trouvons mention d'onguent ou plus précisément de pierre d'onguent...

 

La tablette MMA 55.144.1 Information ouverte dans une nouvelle page

MMA c'est l'abréviation de Metropolitan Museum Art Information ouverte dans une nouvelle page de New York (département d'égyptologie) et 55.144.1, du numéro de collection correspondant à cette mini table de calcite.
Elle mesure 24cm de long, 2,5 de large et 0,8 avec un large trou sur le côté à des fins de suspension. Son sens de lecture va de gauche à droite sur neuf lignes gravées, niellées noir et séparées à l'ocre rouge de chaque côté. Son sujet est une suite de formules funéraires sur le recto et de résurrection par le massage sur le verso.

Elle fut rédigée à l'intention du scribe Horpaa "Hor-p(a)-âa (r-p()-) (Harpôs) fils de Djehouty-her (Dwty-hr) présenté ici avec ses titres sacerdotaux associés à Thoth d'Hermpolis Information ouverte dans une nouvelle page. Il était le fils de Djehutyhor qui avait également d'importantes fonctions sacerdotales à Hermopolis. Le texte montre une séquence de courtes phrases religieuses, dont certaines sont extraites du Livre dit de Traversing Eternity.

Drioton en avait proposé une traduction qui s'est avérée semble-t-il par trop sommaire et assez largement erronée à l’antiquaire Abemayor en 1939 avant qu'elle ne gagne le MET Information ouverte dans une nouvelle page en 1955 par le biais de la fondation Rogers. La provenance déclarée est inconnue, mais les titres qu’on y lit rendent très probable une origine hermopolitaine. Quant à la date possible de sa rédaction, les indices paléographiques que l'on trouve permettent de la situer à l’époque ptolémaïque, voire à l’époque romaine, entre le Ier siècle av. È.-C.. et le IIe ap. È.-C. (332–30), sans qu’on puisse, en l’absence de tout autre critère, fournir plus de précision.

 

Masso-contenu du verso

Fig. 2 Photo dans le domaine public du verso de la tablette MMA 55.144.1.

Les réflexions que je vous propose sont toutes tirées de la lecture et des traductions que François René Herbin nous donne du verso de cette tablette hiéroglyphique MMA 55.144 Information ouverte dans une nouvelle page présentée ci-dessus.
Avant de commencer il faut savoir que c'est la seule tablette que le CFDRM ait pu marquer du sceau du massage, fut-il funeste, en effet, si l'artéfact nous intéresse ce n'est que parce que son dos dispose d'un masso-contenu thanato-morbide d'intérêt.
Commençons par le sujet de ce côté-ci de l'objet, au verso. Il s'agit d'une scène funéraire où le recto semble plutôt dédié au mort pris comme un Osiris et le verso aux différentes interventions des dieux nécessaires pour que le défunt retrouve vie dans l'au-delà par divers procédés dont la friction ou tout du moins, par le passage d'une préparation sur le corps décédé.

Nous sommes donc dans une dynamique funéraire où le mort se voit placé dans une nature osirienne recevant comme le dieu les attributs et visites de différents autorités divines. C’est d’abord le don de Routy Information ouverte dans une nouvelle page (divinité léonine du panthéon égyptien associée au lion), le « double lion », du souffle de vie, ayant pour conséquence de rendre au mort une énergie sous la forme d'un taureau rajeuni. (On sait d'ailleurs que dans le pLouvre E 32847, tel qu'étudié par Thierry Bardinet, Ed. Khéops et musée du Louvre, Paris, 2018 TDM  Fiche techniquep. 65 la graisse de taureau est utilisée sous Amenhotep II Information ouverte dans une nouvelle page 1424-1398 av. È.-C.) dans diverses masso-applications.)
Vient ensuite l’évocation du réveil du dieu ou de son avatar Horpaa sur son lit duquel il voit des déesses-Chepeset ; les « belles Renenet » qui l’adorent en jouant du sistre. Puisqu'elles participent du réveil d’Osiris, elles ne peuvent être que convoquées pour celui du défunt supposé suivre le même chemin.

Horpaa est allongé sur son lit d’apparat (nmt) et là les détails du rite nous sont communiqués. Il s'agit de protéger le corps de l'homme t mais aussi celui de sa momie "le mouvement et la parole lui sont dès lors acquises par le recouvrement de ses facultés physiques (l.2-3), et rajeuni par la restitution de ces fonctions fondamentales, sa vie est « renouvelée »" Parmi les innombrables actes apotropaïques distribués par incantations, amulettes, textes, prières indispensables, nous avons l'intervention des dieux et c'est celles de la déesse-vache dite Ahet-ouret, mère du soleil.

Plus factuellement l'inscription du verso de la tablette que nous passons en revue dit :
« Ihet-ouret, mère de Rê, elle te pare de son vêtement et nourrit ton corps ; elle te place sur ses cuisses, et ton corps est pourvu de l’onguent de pierre divine. ».

Elle s'approche donc du mort traité à la manière d'un véritable Osiris, le pare (smn), le nourrit (rr), le place sur ses cuisses et pourvoit son corps de l’onguent-'t-nr destiné à le régénérer. Donc déjà là on ne peut s'empêcher de retenir l'aspect maternel du soin. Déesse-vache, primordiale, à mamelles, qui prend le mort sur les genoux, le répare, le réveille, le nourrit et surtout, le masse.

Cette déesse est une "vache", ce qui replace l'Homme dans une continuité animale à laquelle il se soumet. Ce Panthéon égyptien est riche de personnages à têtes ou à corps de diverses espèces et là, c'est une déesse-vache qui devient masseuse, qui place sur ses cuisses l'homme qu'elle doit oindre (= masser) en faisant pénétrer (= masser) cet onguent de pierre divine dans la peau d'un Osiris par destination.
Le corollaire de cela suppose qu'en nous plaçant sur un autre plan plus symbolique, mystique, nous observons l'accomplissement d'un massage de déesse fait sur un dieu, dans un contexte mortuaire (Massage thanato-morbide), mais aussi de résurrection après la mort puisqu'il rétablit l'apparence du vivant, en tout cas, de ce côté-ci de l'au-delà (Massage réverso-thanatique).
On peut d'ailleurs se demander dans quelle proportion le massage des morts auxquels procèdent encore quelques pays africains pourrait trouver une lointaine affiliation avec l'Égypte ? Plus généralement, l'autre sujet plus vaste encore qu'il nous faudrait traiter et sur lequel nous commençons à collecter des données, c'est quelle est la place du massage dans le funéraire couvrant toutes les différentes strates de l'embaumement, allant du traitement du corps lui-même par la friction, l'imprégnation, jusqu'à ses représentations et ses continuités, cercueil à sa mesure, fait pour lui, à sa taille, et la statuaire que l'on continue parfois à enduire d'huile régulièrement comme un culte rendu au défunt ou aux dieux qui l'entourent.

 

Là, Ahet masse Horpaa dans la mort. Elle l'entoure de ses soins ; toucher, caresser, indirectement c'est déjà masser mais là elle ajoute un onguent intermédiaire qu'elle passe sur le corps mort de Horpaa qui se formule alors comme une sorte de Pietà égyptienne perpétuellement rejouée à l'antique. La question qui se pose à chaque fois c'est quel est l'élément du rituel qui permet la bascule entre massage et non massage ou quels sont de ces éléments qui, combinés entre eux, activent le massage ou l'empêche, le stop ou lui permet de redémarrer ?
Donc il faudrait se poser la question de ce qui formule le massage, est-ce que c'est le toucher, le mouvement, l'intention, le produit utilisé, son emploi ou tous ensemble ?
Idem pour les textures, plus un corps gras, huileux, facilite le déplacement de la main, annule les frottements, plus il devient un facilitateur, un conducteur de toucher. Par contre, plus il gagne en viscosité, se dirige vers un état solide, et moins il devient malléable et potentiellement massoïde. Il colle, il poisse, il ralentit, il immobilise, l'esprit du massage se dégrade pour ne conserver que ce que l'immobilité concède puisqu'il ne disparaît tout de même pas complètement à mon sens complètement, restent les effets de pressions sur la zone que le geste couvre, où il c'est arrêté par la perception même de la chaleur de la main, le poids des matériaux sur la peau, l'échange qui s'opère, même dans l'immobilité, c'est encore du massage, un massage suspensif, présentiel, résiduel.

 

Description de l'onguent 't-nr

Ce texte nous parle d'un onguent de pierre divine mais qu'est-ce que c'est, quelle en serait la préparation, la texture ?

François René Herbin répond page 307 qu'il s'agit d'un composé "de bitume (mnnn), de divers aromates, d’or et d’argent ainsi que de six variétés de pierres précieuses à l’état pulvérulent, dont la recette se lit par deux fois au temple d’Edfou Information ouverte dans une nouvelle page 1. Lié à la momification, il est cité principalement dans des contextes funéraires ou rituels. Dans le cas présent, il symbolise, probablement en rapport avec sa couleur noire, la régénération du dieu. Une autre mention de ce produit se lit dans la chapelle osirienne ouest n°1 à Dendara Information ouverte dans une nouvelle page, où figure une procession de divinités ayant fonction de suivre la renaissance d’Osiris lors des rites de Khoiak Information ouverte dans une nouvelle page; parmi elles, Neith Information ouverte dans une nouvelle page de Saïs Information ouverte dans une nouvelle page, en tant que « mère du dieu » (mwt-nr) s’adresse à Osiris en des termes qui rappellent singulièrement ceux de la tablette : « Je suis venue à toi, je nourris ton corps, (je) te pare de vêtements, et ta momie est pourvue de l’onguent de pierre divine »."

  1. 1 Cf. par ex. Edfou II, 213, 1 : « L’onguent de pierre divine est pour décorer tes bandelettes et pour parfaire ton corps, éternellement »
  2. Dendara Information ouverte dans une nouvelle page X, 413, 14 (discours de Chesemou Information ouverte dans une nouvelle page à Osiris): « Prends pour toi l’onguent de pierre divine avec toutes ses humeurs, tu es momifié, tu es oint ; reçois pour toi l’onguent de pierre divine pour revêtir tes membres »
  3. Papyrus Salt 825, XVIII, 2-3 (éd. Derchain, p.144) : « Faire qu’il repose à l’intérieur d’une momie en bois d’arbre-?menduite d’onguent de pierre divine ».

A partir de quand peut-on décemment affirmer qu'enduire un mort, sa momie, son cercueil, constituent un massage ou plutôt un ensemble de massage ? Est-ce que le fait d'appliquer une préparation à base de bitume en constitue un ? Pour moi cela ne fait aucun doute et c'est pour démontrer cela que ce papier est rédigé. Le toucher est un proto-massage et masser ce n'est pas seulement relaxer mais c'est aussi une bienveillance par la main qu'octroie nécessairement celle qui embaume.

L'objectif est de préserver le corps de la dégradation de la mort et pas seulement pas l'enduiment de quelques formules appliquées par un embaumeur spécialisé, là c'est la déesse en personne qui intervient. C'est elle qui masse, qui imprègne les bandelettes de cette solution, la fait pénétrer. Sans préservation terrestre, pas de préservation divine, donc non seulement notre homme aura été massé ici-bas par ses préparateurs, mais il le sera encore et encore par le rappel de ces formules notées jusque dans sa tombe.

Je me pencherai dans un autre papier sur chacun des stades de l'embaument dont chaque partie pourrait constituer un massage thanato-morbide, mais pour l'heure, je me contenterai de lister ces premières assertions. Appliquer, faire pénétrer, imprégner sont des termes assimiliables au massage. Embaumer c'est masser pour l'éternité en superposant des opérations de sufacage dont la répétition est un massage. Il y a quelques années avais écris cet aphorisme qui disait « Si l'on ne peut pas rendre le massage éternel, alors rendons-le inoubliable. » Et bien en Égypte, le massage fut gage d'éternité.

Ce massage s'exprime ici dans un contexte clairement funéraire mais ce n'est pas parce que la mort est convoqué

il redevient un massage réverso-thanatique

 

EN TRAVAUX

jqr, 'iqér', "excellent, compétent"

La "compétence" était une qualité très valorisée par les Anciens Égyptiens, notamment par les maîtres scribes et certains artisans qui encourageaient leurs disciples à rechercher l'excellence à tout prix !

 

 

Remerciements :
Voilà, je remercie l'égyptologue François René Herbin pour La tablette hiéroglyphique MMA 55.144 Information ouverte dans une nouvelle page en 2012 dont la gracieuse disponibilité en ligne aura facilité cette initiative.

Richard-Alain Jean qui, alors même que je ne suis pas un universitaire a toujours répondu à mes demandes d'éclaircissement.

 

Sources

François René Herbin La tablette hiéroglyphique MMA 55.144 Information ouverte dans une nouvelle page en 2012

Sites & blog

Profil facebook de :
Richard-Alain JEAN https://www.facebook.com/medecine.egyptienne ; http://medecineegypte.canalblog.com
Alain Cabello-Mosnier
https://www.facebook.com/alain.cabellomasseur
CFDRM de Paris : Observatoire des massages https://www.facebook.com/CFDRM
Sites web :
Thierry Benderitter : http://www.osirisnet.net/mastabas/niankhkhnoum_khnoumhotep/niankhkhnum_khnumhotep_05.htm
http://www.cfdrm.fr 
CFDRM de Paris : http://www.cfdrm.fr/
Cabello Alain http://www.cfdrm.fr/CV_Cabello_Alain.htm

Alain Cabello-Mosnier
lundi 8 février 2021